Mardi 4 juillet 2000

Page (Arizona)

Page est une petite ville de 8000 habitants fort agréable, elle est même classée comme " la troisième plus sympathique des petites villes d'Amérique ". Pas de building, mais des maisons à échelles humaines, il y a de la pelouse partout et même un golf alors que nous sommes en plein désert. Evidemment il fait très chaud malgré l'altitude, nous sommes à 1300 mètres. Nous arpentons ces larges avenues lorsque nous arrivons face à la caserne des pompiers. Là, de rutilants camions arboraient de multiples banderoles aux couleurs nationales.

Nous l'avons oublié, mais le 4 juillet est la fête nationale aux Etats-Unis. A peine entrés dans la caserne qu'un " you're welcome " nous accueille. Un des pompiers commence à engager la discussion puis il demande à Aurélien s'il veut bien monter dans la cabine d'un camion. Affublé d'un énorme casque Aurélien tente d'en tourner le volant. Puis il se voit offrir un tee-shirt des pompiers taille, euh.., XXXL.


Alors que les préparatifs de la fête se poursuivent nous décidons de visiter Antelope Canyon. L'entrée du canyon est facile à trouver, il faut sortir de Page par la route 98 en direction de Kayenta et se diriger vers la centrale électrique. Le poste de garde d'Upper Antelope est à droite sur cette route juste avant la centrale. Là un indien Navajo nous emmène au canyon après avoir parcouru cinq kilomètres de pistes assis sur la plate-forme d'un pick-up à grosses roues.


Ce " slot " canyon est en fait un défilé large de 2 mètres et long de 200 mètres. Les parois de grès rouge, hautes d'une quarantaine de mètres, sont étonnement sculptées, rappelant des voiles flottant au vent. L'éclairage naturel qui tente de se frayer un chemin procure à ces parois une teinte orangée virant parfois au rouge.

Le paysage qui entoure le canyon semble vide, rien de visible sur lequel arrêter nos regards. L'espace ainsi libéré est bien tentant pour une marche. Nos pieds disparaissent à chaque pas sous le sable qui réfléchi la lumière agressive d'un soleil endiablé. La chaleur est intense. Cheminer dans ce véritable torrent minéral est pénible mais laisse de grandes marges à nos esprits pour s'évader et partager avec les éléments quelques précieuses minutes d'éphémère.

To see a world in a grain of sand
And a heaven in a wild flower
Hold infinity in the palm of your hand
And eternity in an hour

(Auguries of Innocence, William Blake)

De retour en ville les cérémonies de la fête nationale battent le plein. Armés d'une puissante lance les pompiers aspergent les enfants, les policiers exposent leur bolide de chasse digne d'un feuilleton américain. Alors qu'Aurélien tente de photographier un policier celui-ci le remarque et vient le chercher pour une mémorable prise de vue. Curieusement les indiens Navajos sont aussi de la fête. Danses, chansons et dégustation de pain maison. Bon repas italien au Strombolli's.


L'après-midi, alors que nous cherchions le village indien je trouve moyen d'ensabler la voiture. Me voilà obliger d'abandonner les miens en plein désert et de partir à la recherche d'aide. Malheureusement il n'y pas âme qui vive aux alentours. Après une petite marche sous un soleil torride j'aborde un garage, par malchance il s'agit d'un garage .. à bateaux. Apparemment nous ne sommes pas les seuls à avoir des problèmes, un canadien québécois tente de réparer sa roue crevée.
Le patron du garage n'a pas de dépanneuse, il me propose son téléphone pour joindre de l'assistance. Hélas mon correspondant ne parle pas le français et ne semble pas faire beaucoup d'effort pour me comprendre. J'appelle mon compagnon d'infortune qui débloque la situation en deux minutes. Finalement, devançant l'assistance, ce seront les indiens eux-mêmes qui nous auront aidés à sortir du sable.  En soirée, nous aurons un vif plaisir à les retrouver pour des danses juste devant le City Hall de Page.

 
Jour Précédent
| Carte | Jour Suivant

Accueil | Grand Canyon | Page - Powell | Canyon de Chelly | Mesa Verde | Arches | Canyonlands
Bryce
| Zion | Saint-Georges | Death Valley | Yosemite | San Francisco | Traverses |